Enseignement de la Shoah : un portail pédagogique à destination des enseignants à la rentrée 2011

Accéder au site de AEF
Un portail pédagogique à destination des enseignants sera mis en place à la rentrée 2011, rassemblant « textes officiels et ressources pertinentes » ainsi qu'une « aide à la préparation des visites de musées, des principaux lieux de l'internement et de la persécution en France et des sites de l'extermination des Juifs en Europe », a annoncé le ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, mercredi 26 janvier 2011. À l'occasion d'une visite au Mémorial de la Shoah, Luc Chatel a également signé une convention-cadre avec Éric de Rothschild, président du Mémorial, portant en particulier sur l'accueil des scolaires, les voyages sur les lieux de la Shoah, les formations destinées aux enseignants et la mise à disposition de ressources pédagogiques.

Le ministre a rappelé « l'engagement constant et inébranlable de l'ensemble de l'Éducation nationale pour que l'histoire de la Shoah soit enseignée à chaque élève et à tous les niveaux de la scolarité, comme le prévoient les programmes nationaux ». Luc Chatel s'est entretenu avec trois anciens déportés quant aux « enjeux de l'enseignement de l'histoire de la Shoah et, en particulier, sur le rôle des témoignages et des voyages à Auschwitz ».

En septembre 2010, Catherine Pederzoli, enseignante d'histoire au lycée Henri-Loritz de Nancy, a été suspendue pendant quatre mois, après un pré-rapport de l'Igen faisant état de « dérives » dans l'organisation de voyages à Auschwitz (AEF n°137043). Elle a été réintégrée dans un autre établissement de la ville au mois de janvier 2011 (AEF n°143174).

Le 27 janvier est la « Journée de mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l'humanité », en souvenir la libération du camp d'Auschwitz, le 27 janvier 1945. Une ote de service de la Dgesco parue au BO du 6 janvier 2011 (AEF n°143325) invite « la communauté éducative dans son ensemble » à « s'associer à cette commémoration ». Elle précise que « les enseignants engageront une réflexion avec leurs élèves sur la Shoah et les génocides, en liaison avec les programmes d'enseignement » et donne les « ressources » auxquelles les enseignants pourront se référer.